Andry Rajoelina : Parcours semé d'embûches

Publié le par Madagascan

andry.jpgAntananarivo a donc un nouveau maire, le jeune et brillant Andry "TGV" Rajoelina.
A 33 ans seulement, ce jeune chef d'entreprise dynamique, qui a démarré dans l'organisation de concerts, et a ensuite développé son activité autour de la publicité et de la communication avec sa société INJET, a sû gagner le coeur des tananariviens.
Son style simple, son excellente capacité de communication, sa capacité d'écoute, et sa réussite professionnelle ont fait de lui (malgré lui) un TIM-killer dans LE bastion qu'il fallait garder: Antananarivo.

Celui qui en a fait le plus les frais, c'est donc le candidat TIM, Hery Rafalimanana. Nommé Président de la Délégation Spéciale d'Antananarivo au départ de Patrick Ramiaramanana pour le ministère de l'énergie début 2007, Hery Rafalimanana, un "TIKO Boy"  du Président Ravalomanana (ancien directeur de MAGRO), s'était présenté aux élections municipales, et s'est retrouvé en seconde position dans les résultats de vote.

Autre grand déçu de ces élections, même s'il n'y participait pas, c'est Patrick Ramiaramanana, Président du Conseil d'Administration de la JIRAMA depuis octobre 2003, ancien maire d'Antananarivo de novembre 2003 à début 2007, puis ministre de l'énergie pour passer au ministère des Sports, de la Culture et des Loisirs  en octobre 2007. Outre toutes ces fonctions prestigieuses, Patrick Ramiaramanana est un proche du Président Ravalomanana. Le nom de Patrick Ramiaramanana est fréquemment avancé lorsque l'opposition évoque le détournement supposé de 55 milliards de FMG (11 milliards d'Ariary) de la JIRAMA fin 2002 au plus fort des "évènements".

Mais le fait le plus marquant, c'est bien la passe d'armes entre Patrick Ramiaramanana (alors maire de Tananarive) et Andry TGV lors  de l'arrachage des panneaux publicitaires d'INJET en 2004.
Il est interessant que la même chose se soit passée, plus récemment, avec la nouvelle disparition des panneaux d'INJET (et d'une autre société DOMAPUB)  à l'issue des Jeux des Îles de l'Ocean Indien, au profit de panneaux vantant les produits TIKO. Arrachage réalisé par le personnel de la Commune d'Antananarivo, alors sous les ordres du PDS Hery Rafalimanana.

Nous avons donc deux anciens maires d'Antananarivo qui ont un historique personnel assez lourd déjà avec Andry TGV.

Aussi, devons nous nous étonner qu'Andry Rajoelina dénonce le faramineuse ardoise laissée par la mairie à divers prestataires? Ainsi, la SAMVA (Société autonome de maintenance de la ville d'Antananarivo) est à court de carburant pour faute d'impayés, et ne peut ramasser les ordures de la ville qu'à 50%.


Dernier avatar en date, la JIRAMA annonce qu'elle coupera l'électricité et l'eau à la Commune d'Antananarivo a cause d'impayés courant de  janvier 2006 à Août 2007, pour un montant de 1,4 milliards d'ariary.
L'annonce a été faite par Dieudonné Raoelijaona, directeur général adjoint chargé de l'électricité  à la JIRAMA, qui indique par ailleurs que « La Commune urbaine de Tana est un client comme un autre. La situation est devenue irréversible puisque nous lui avons donné un délai maximum pour qu'elle règle ses arriérés. Mais elle ne s'est pas manifestée » . Andry Rajoelina hérite donc de la mauvaise gestion de son prédécesseur, et en paye toutes les conséquences.
Ce qui reste tout à fait étrange, c'est que le DG de la JIRAMA, Bernhard Rohman, absent au moment des faits, n'était pas au courant de la situation à son retour d'un déplacement à l'étranger.

Il faut également remettre cette situation dans le contexte général de la JIRAMA. En effet, en octobre dernier, la JIRAMA
affirmait encore que le taux de recouvrement des administrations et assimilés n'était de 40% seulement.
C'est donc une situation généralisée au niveau des communes, des ministères, et autres agences gouvernementales. A noter qu'entre 2002 et2004 un manque à gagner de 620 milliards FMG dû aux impayés de l'Etat a été relevé comme étant la cause des difficultés actuelles de la JIRAMA par le PDG de la JIRAMA lui-même. 

A la lumière des protagonistes cités,  on imagine bien la raison de cette soudaine fermeté de la JIRAMA envers la commune d'Antananarivo proprement-dite.

Enlèvement des ordures, coupures d'électricité et de l'eau,
ardoise faramineuse de 7,8 milliards d'Ariary laissée par Hery Rafalimanana, Andry Rajoelina aurait bien à faire pour redresser les finances tout  en lançant son plan de modernisation de la ville. Sans compter que certains ne se priveront pas de continuer à lui glisser quelques peaux de bananes  bien glissantes.

Le TGV est entré en gare, mais attention aux saboteurs qui traînent sur les voies!
nti_bug_fck

Publié dans Politique

Commenter cet article