Sur TF1 ce soir: Enquête sur le scandale du tourisme sexuel français [emission déprogrammée]

Publié le par Madagascan

Visiblement, l'émission a été déprogrammée. Sera-t-elle présentée en janvier?


Un rapide billet pour indiquer que ce soir, sur TF1, à partir de 22h40, l'émission de reportages « Enquêtes et révélations » (tout un programme...) nous propose un sujet qui va assurément faire réagir un certain nombre de personnes : « Madagascar : enquête sur le scandale du tourisme sexuel français ».

Je reproduis l'annonce :

 

Ile paradisiaque, Madagascar accueille chaque année 400 000 touristes, dont une majorité de Français, amoureux de plongée, de nature préservée, et désireux de découvrir un écosystème unique au monde. Mais c'est aussi une île rongée par la misère, classée avant-dernier pays le plus pauvre au monde par la Banque mondiale, et devenue une destination prisée des touristes sexuels. Ainsi, à Nosy Be, îlot de rêve situé au nord de Madagascar, des milliers de Français débarquent chaque année dans l'unique but de profiter de jeunes filles qui vendent leur corps moyennant quelques euros. Comment est-ce possible ? Pourquoi les autorités ferment-elles les yeux ? L'équipe a recueilli le témoignage de quelques touristes et de jeunes Malgaches, poussées par la misère à se prostituer pour trois fois rien, dans un silence général aberrant.

 

Voilà, le ton est donné. Sensationnalisme garanti.

 

A noter que nos amis de Madagascar Tribune en rajoute une couche dans son édition en ligne du jour, et titre : « Nosy-Be - Plus jamais ça ! » Vous l'aurez compris, le « çà », c'est le tourisme sexuel et la prostitution. On y apprend, dans le plus pur style journalistique malagasy (c'est-à-dire que l'on dit sans dire tout en laissant deviner que peut-être quelque chose va arriver)

 

Je cite La Tribune :

 

Des mesures seront sans aucun doute prises pour sanctionner les malfaiteurs. En effet, des mères de familles confessent qu'il est temps d'agir contre ceux qui profitent exagérément de leur situation économique pour exercer des chantages d'ordre pécuniaire. Nous avons appris de sources généralement bien informées que des actions sévères sont en cours d'exécution à l'endroit des présumés coupables en quête des sept minutes de bien-être.

 

Les malfaiteurs étant probablement les touristes sexuels, ceux qui « profitent exagérément de leur situation économique pour exercer des chantages d'ordre pécuniaire ».

Je passerai rapidement sur l'évaluation faite par le journaliste de la durée de l'acte sexuel (sept minutes), et me garderai bien de me poser la question si cette évaluation est basée sur son expérience personnelle.  

 

Donc des actions à l'encontre des touristes sexuels. C'est une bonne chose, car je pense qu'il faut que les autorités malgaches fassent passer un message clair comme quoi venir à Madagascar pour du tourisme sexuel vous expose à des problèmes.

Ceci dit, les lois malgaches n'interdisent pas, à ma connaissance, la prostitution (car s'il fallait interpeller toutes les personnes qui ont payé pour un acte sexuel, ou se sont fait payer pour un acte sexuel, les rues seraient bien vides), mais plus certainement l'exploitation des mineurs. Cela réduit considérablement le périmètre d'intervention. A ce propos, l'opération coup-de-poing de la police en septembre dernier (opération « tselatra », c'est-à-dire éclair) n'avait révélé que très peu de mineures dans les lieux de débauche vie nocturne.

Mais c'est à mon avis insuffisant. Je pense qu'il faut s'attaquer aux « professionnels » du tourisme qui profitent du tourisme sexuel. Je pense en premier lieu aux hôteliers qui ferment volontiers les yeux sur ces clients célibataires en goguette qui ramènent une (ou plusieurs) filles différentes dans leurs chambres chaque soir.  En théorie, le réceptionniste se doit de noter l'identité de la personne, mais en pratique, les filles connaissent les employés, et passent outre sans problème.  Ici, la loi s'applique plus facilement, et si les hôteliers étaient réellement contrôlés, ils seraient plus attentifs, et les touristes comprendraient qu'il n'est pas « naturel » de ramener une jeune femme dans sa chambre.

Evidemment que les touristes sexuels « acharnés », ceux qui relèvent plus de la pathologie que de l'opportunisme, ne se laisseront pas décourager par un hôtelier plus regardant, mais par contre, le péquin moyen, celui qui n'aurait jamais payé une fille en France pour une relation sexuelle, mais qui, dans le contexte particulier de Madagascar, c'est laissé tenter, celui-là sera découragé de passer à l'acte.

 

En attendant, nous verrons ce soir ce que TF1 nous réserve. Nul doute que les remarques fuseront. Aurons-nous droit à un communiqué offensé de l'Ambassadeur malgache en France, comme nous en avions eu un lorsqu'un reportage de France 3 en 2006 montrait la pauvreté à Tananarive ?

Publié dans Société

Commenter cet article

gaga 10/12/2008 10:10

L'émission n'est pas passée...Essayons de voir pourquoi?