Antananarivo toujours dans le chaos

Publié le par Madagascan

Je poste un nouvel article pour mettre à jour la suite des évènements par rapport à hier 17h.

Les pillages et incendies se sont succédés toute la nuit, visant à la fois les symboles présidentiels (entrepôts Magro en particulier), mais également des établissements qui n'ont rien de cibles politiques. A peu près toutes les grandes surfaces et grands magasins d'Antananarivo y sont passés, je ne vais pas les lister ici, cela serait trop long. Disons que cette nuit, c'était la razzia généralisée. Des gens seraient même morts ou blessés écrasés par la chute de marchandises dans les entrepôts pillés.

Concernant les mercenaires dont je parlais hier, il semblerait qu'ils soient Sud-Africains, et positionnés à Antananarivo. Certains d'entre eux seraient parmis les tireurs ayant causé un (ou deux?) morts lors du pillage des locaux de MBS (chaîne appartenant à la famille du Président Ravalomanana).

Ce matin encore, les pillages ont continué, malgré les appels au calme lancés à la fois par Andry Rajoelina et par Marc Ravalomanana, les autorités religieuses, les bailleurs de fonds et les chancelleries étrangères.

Andry Rajoelina a dans la nuit demandé à ses supporters d'utiliser les barrages pour filtrer la population et éviter les pillages. En vain.
Ces pillages ont fait tâche d'huile en province, où les entrepôts Magro ont été ataqués dans plusieurs villes. A Majunga, d'autres magasins ont également été dévalisés.

Une rencontre Ravalomanana - Rajoelina avait été annoncée hier soir pour aujourd'hui, mais il semblerait que cela ne soit pas possible (selon une déclaration sur Radio Antsiva du Président Ravalomanana joint par téléphone).  Marc Ravalomanana serait à Morondava avec sa famille. Pourquoi Morondava? Mystère.

Beaucoup de bruits circulent actuellement sur qui pilote ces milliers de pillards. Certains disent qu'ils sont pilotés par le maire d'Antananarivo, d'autre parlent de manipulation par le président lui-même, afin de discréditer définitivement Andry Rajoelina. Etrangement, peu de personnes pensent tout simplement que c'est le cumul de la frustration, de la pauvreté, de la faim, et surtout de la vacance de l'Etat et des forces de police qui poussent les gens à aller se servir.

Un certain nombre de vidéos se trouvent déjà sur internet:
http://www.dailymotion.com/group/145311

L'armée se dit toujours aux ordres du gouvernement en place. Ce dernier a finalement ordonné le retour à l'ordre, et les militaires commencent à se déployer en ville. Le supermarché Shoprite de Tsidiana serait désormais protégé par les forces de l'ordre et des tirs auraient été donnés (en l'air? contre la foule?) pour empêcher de nouvelles exactions des pillards.

Les radios et télévisions commencent à réémettre (RTA, MaTV, TV+), on imagine que MBS ne réémettra pas tout de suite. A noter que le site internet du parti présidentiel (TIM) est "en cours de maintenance".

Chaque camp accuse l'autre de manipuler la foule. Le Premier Ministre à la radio indique "Est-ce ce là le changement de mentalité? Arrêtez de mentir au peuple via les médias". Même type de revendication coté Rajoelina. Rajoelina ce matin place du 13 Mai aurait affirmé que la garde présidentielle aurait tenté de l'assassiner et que ses gardes du corps l'auraient sauvé.

Visiblement, le sentiment général, c'est surtout la désolation, de voir la ville saccagée. La population, fataliste, observe et attend.
L'armée indiquerait qu'elle n'envisagerait pas de prendre le pouvoir. La voie diplomatique resterait la piste privilégiée par tous.
Mais avec Marc Ravalomanana qui retarde l'échéance, qu'attend-il? Veut-il reprendre en main l'armée et répprimer dûrement les manifestants et surtout les opposants? En a-t-il les moyens?

Dernière minute, Rajoelina refuserait la médiation. Il exigerait au préalable le départ des mercenaires sud africains et la livraison du meurtrier de l'émeutier tombé sous les balles face à MBS (radio et télévision privée appartenant à la famille du président Ravalomanana).

Ces prochains jours sont cruciaux pour Madagascar. Mais en tout état de cause, un changement devra opérer, même si Ravalomanana reste président (ce qui reste souhaitable d'un point de vue légaliste).

Publié dans Politique

Commenter cet article