Crise à Madagascar - Et maintenant?

Publié le par Madagascan

(c) Sobika.comAprès deux jours de chaos total, une cinquantaine de morts (le bilan est très flou), et presque deux autres jours pour un relatif retour au calme, la vie revient, petit à petit. Les commerces sont rouverts (sauf les supermarchés comme illustré ici la galerie marchande Zoom d'Antananarivo au 27 janvier), les stations services redistribuent de l'essence, et les prix flambent, évidemment. Coté politique, le gouvernement est passé à l'offensive médiatique, et multiplie les communiqués. Le site de la présidence propose un fil d'actualité pour rassurer la population (ou plutôt la diaspora, plus nombreuse à disposer d'internet). 
Un conseil des ministres a été tenu, et le ménage a été fait au niveau de l'Etat Major de la gendarmerie. Il se pourrait que la chaîne de commandement n'ai pas été aussi fiable que nécessaire durant les évènements. Le Président a toujours indiqué qu'il avait donné l'ordre de ne pas intervenir, mais est-ce vraiment le cas ? Les forces de l'ordre sont-elles réellement aussi fidèles que cela ? A noter que les forces de l'ordre n'ont commencé à intervenir qu'après avoir reçu l'accord du maire d'Antananarivo, Andry Rajoelina.
Le Ministre du commerce a communiqué que le gouvernement allait réunir les opérateurs victimes des pillages pour monter un plan d'aide à la reprise. Il sera intéressant de suivre ces informations. Comment le gouvernement va-t-il traiter le cas TIKO (groupe appartenant à la famille du Président Ravalomanana). On entend déjà ici ou là des critiques sur la façon dont le gouvernement va financer la remise à flots de TIKO.
L'Union des églises chrétiennes de Madagascar, la puissante FFKM, a appelé les protagonistes au dialogue, et a obtenu que le président Ravalomanana et le maire Rajoelina se rencontrent dès ce vendredi.
Coté Andry TGV, les revendications changent et se font plus claires, il a exigé ce jeudi après-midi à l'antenne de TV5 le poste de premier ministre d'un gouvernement de transition.
La journée de demain (vendredi) sera capitale. Il est loin d'être certain que les deux hommes arrivent à trouver un terrain d'entente. Malgré tout, cette rencontre permettra de clarifier les positions de chacun, qui à ce jour, sont assez confuses. 
Le maire de la capitale avait annoncé un nouveau grand rassemblement samedi. L'annulera-t-il ? Usera-t-il de cette menace lors de son entrevue demain ?
Andry Rajoelina devra désormais expliquer comment il passe d'une revendication axée sur le respect de la démocratie et la liberté d'expression, à l'exigence d'un siège majeur au sein du gouvernement. Veut-il la démocratie ou seulement le pouvoir ? Cette question, beaucoup ne se la posent même plus.
Ce qui est certain, c'est que par son action, la vie des malgaches en général, et des habitants de la capitale en particulier s'est considérablement compliquée ces derniers jours. A quelle vitesse le pays va-t-il se remettre de ces pillages et autres dégradations ? A quel niveau le groupe TIKO est-il affecté ? Aura-t-il la possibilité de se relever, et par quels moyens ? Le Président usera-t-il de son influence pour redresser son entreprise ? 
A suivre...

Publié dans Politique

Commenter cet article