Andry Rajoelina n'est plus maire d'Antananarivo

Publié le par Madagascan

Il fallait s'y attendre, et la rumeur enflait depuis hier (lundi 2 février), le gourvernement a émis un décret portant nomination d'un PDS (Président de Délégation Spéciale) en remplacement du maire d'Antananarivo.
La nomination d'un PDS est une décision exceptionnelle, Quelques villes "bénéficient" déjà de ce traitement de faveur, dont Nosy-Be, et Fort-Dauphin. Jusqu'à présent, le régime des PDS était plus ou moins réservé aux communes phares des régions bénéficiant du programme d'investissement "PIC" (Pôles Intégrés de Croissance).
A noter qu'Antananarivo avait déjà connu le régime PDS avant les élections municipales de 2007.

L'heureux nominé est Guy Rivo Randrianarisoa, qui fut conseiller économique à l'Ambassade de Madagascar en France, puis secrétaire général de la mairie d'Antananarivo du temps de Patrick Ramiaramanana (TIM). Il sera épaulé par Edmond Rakotomavo, en tant qu'administrateur. Edmond Rakotomavo, Préfet d'Antananarivo. Guy Randrianarisoa est l'homme qui monte dans le cercle présidentiel. C'est un homme à poigne, craint de beaucoup, et qui a sû se montrer efficace à la tête du PIC puis comme Directeur Général de la décentralisation.

"Un arrêté pris par le ministère de l'Intérieur qui remplace la direction de la capitale par une délégation spéciale", a annoncé le préfet à la presse à la mairie."On a voulu notifier (la décision) au maire mais il n'était pas là. Il a fallu prendre une ordonnance pour que les membres de la délégation spéciale puissent entrer dans les bureaux".

Le vent tourne donc défavorablement pour Rajoelina.
Le Président avance prudemment. Cette première mesure "spectaculaire" reste mesurée compte tenu des propos tenus par le désormais ex-maire d'Antananarivo. Face à un homme qui veut renverser le régime, le Président se contente de le destituer de sa fonction de maire, mais lui laisse pour l'instant les mains libres.

Il est probable que cette mesure soit un "ballon-sonde" visant à mesurer le soutien populaire dont Rajoelina bénéficiera (ou pas!) au sein de la population de la capitale malgache suite à sa destitution.
En fonction de la réaction populaire, il est probable que le Président passe à la vitesse supérieure et lance finalement un mandat d'arrêt à l'encontre d'Andry Rajoelina.

Suite au prochain épisode.

Publié dans Politique

Commenter cet article

tiandago 06/02/2009 16:11

La position exacte de Rajoelina est une inconnue complète! Plus maire de Tana car se déclarant dirigeant, il n'est plus personne pour le pouvoir! Pourtant, l'émissaire de l'ONU le considère comme un détenteur du pouvoir à Madagascar en lui offrant l'honneur d'une visite officielle au même titre que Ravalomanana.Alors, Rajoelina quidam ou opposant en puissance? c'est bien la position de l'état qui nous laisse perplexe pour répondre à cette question. D'autres ont été mis en prison pour moins que ça! Et pour ne rien arranger, toutes ses actions peuvent de facto être qualifiées d'illégales.Comment donc vivre son quotidien avec autant d'incertitudes? Le peuple doit-il payer un tel tribut à chaque fois qu'il désire s'exprimer? Ou bien sommes-nous de marionnettes au service des ambitions de politiques?

Brice SSD 04/02/2009 15:23

Voilà bien une expresseion bien énoncée : "Suite au prochain épisode". En tout cas, moi j'ai l'impression de voir un navet avec deux acteurs minables, dans une série qui n'en finit plus.