Crise Politique: L'ONU, l'UA, la France et la COI envoient des émissaires

Publié le par Madagascan

Il aura fallu des centaines de morts pour que la communauté internationale prenne conscience de l'ampleur du problème et dépêche des émissaires.


L'ONU a dépéché Haile Menkerios (et non pas Haile Mekeiros comme l'a écrit l'ensemble des médias malgaches), Sous-secrétaire Général Adjoint sur les affaires politiques (ici encore, erreur des médias malgaches, qui en ont fait un secrétaire général), qui a commencé à rentrer en contact avec Marc Ravalomanana et Andry TGV dès ce matin. L'Union Africaine a annoncé qu'elle dépêchera Amarra Essy, diplomate ivoirien et vieille connaissance de Marc Ravalomanana (Amara Essy était sur la place du 13 Mai aux cotés de Ravalomanana en 2002, et à contribué à la « brillante » médiation entre Ravalomanana et Ratsiraka dont nous connaissons tous les « excellents » résultats). Enfin, la France envoie Alain Joyandet, Secrétaire d'État chargé de la Coopération et de la Francophonie, avec une délégation de la Commission de l'Océan Indien.


Si l'ONU a envoyé une personne relativement inconnue, l'UA et la France ont donc dépêché des personnalités de haut-rang.


Marc Ravalomanana a accepté le principe de médiation par l'ONU, et Andry Rajoelina a posé en conditions à la médiation la création d'un gouvernement de transition, une élection anticipée et la poursuite en justice de Marc Ravalomanana.

Autant dire qu'il refuse la médiation.


TGV appelle à la grève générale à partir de demain, les coopératives de transports ont annoncé une grève pour jeudi.


Sur le front des arrivés et des départs, la Ministre de la défense Cécile Manorohanta à donné sa démission ce matin en dénonçant la répression samedi d'une manifestation par la garde présidentielle. Elle a été aussitôt remplacée par le vice-amiral Mamy Ranaivoniarivo, ex directeur de cabinet militaire auprès de la présidence malgache. Malgré son prénom, gageons que le nouveau ministre de la défense n'aura pas pour mission de jouer la douceur et le sucré (mamy, pour les non malgachophones, signifie « sucré, doux »).


Hier, j'ai oublié d'indiquer que Rajoelina a nommé Monja Roindefo Zafitsimivalo comme premier ministre. Monja Roindefo est le fils d'une grande figure de la politique malgache, Monja Jaona, nationaliste des années 70 et 80. Originaire du Sud de Madagascar, il aurait suivi des études supérieures aux Etats-Unis (à la California Miramar University semble-t-il).


Un peu moins politique (quoi que ?), le chanteur Rossy n'a finalement pas chanté samedi sur la place du 13 mai pour Rajoelina, il n'a pas pu embarquer pour Madagascar.


Avec tous ces émissaires qui arrivent à Tanà, il va maintenant s'agir de coordonner les actions de chacun. Qui prendra le lead ? Le plus gradé (le ministre en fonction Joyandet tiendrait alors la corde) ?, le plus africain (en avant pour Amara Essy), ou bien l'institution la plus importante (l'ONU gagne alors avec Haike Menkerios). L'ONU a une courte tête d'avance. La France n'a probablement pas tellement envie de trop s'investir, et Amara Essy a mon avis n'est pas la bonne personne (fiasco de 2002). Bien que l'ONU n'ait envoyé qu'un sous-secrétaire général, c'est probablement l'homme le plus à même de déjouer les méfiances vis-à-vis de l'ancienne colonie d'une part (toujours soupçonnée de supporter secrètement Ratsiraka et donc indirectement Rajoelina), et la méfiance vis-à-vis d'un dignitaire africain (continent qui ne brille pas particulièrement par son exemplarité en matière de démocratie et de respect de la légalité), et d'un dignitaire africain qui ait échoué dans la médiation Ratsiraka-Ravalomanana, tout en se montrant aux cotés de Ravalomanana sur la place du 13 mai alors que les négociations Ratsiraka-Ravalomanana étaient toujours engagées.


Publié dans Politique

Commenter cet article