Coup d'Etat

Publié le par Madagascan

Un billet rapide pour réagir sur la tentative de coup d'Etat perpétré par le général Randrianafidisoa, dit général Fidy.

Petit rappel de qui est le général Randrianafidisoa: Général d'armée, ancien dirigeant des réservistes (les mêmes qui ont largement prêté main forte à Marc Ravalomanana lors des évènements de 2001), puis à la tête de l'OMNIS (l’Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques) et président du Conseil d'Administration de la SECREN (Antsiranana)  après avoir été limogé de ses fonctions au sein de l'armée. Le Général Randrianafidisoa a récemment eu maille à partir avec le président du RPSD Vaovao (parti politique) Voninahitsy Jean Eugène.
Le général Randrianafidisoa a été largement montré du doigt au sujet de l'enquête  sur l’assassinat du Général Andrianaivo (suite aux affrontements entre fractions de l’armée à Fianarantsoa), en 2002, sur son lit d'hôpital. Il a également été montré du doigt dans une fumeuse affaire d'armes de guerre cachées à Fianarantsoa.
Le général Randrianafidisoa s'était présenté comme candidat aux élections présidentielles de 2006, à la surprise (presque) générale, mais sa candidature a été rejetée par la Haute Cour Constitutionnelle pour absence de quittance de versement de caution. Il s'était alors rallié à Pety Rakotoniainy, qui lui est toujours en lice.

Aux dernières nouvelles (glanées sur la blogosphère, sur les forums et les communiqués des agences de presse), il s'est retranché à la BANI (base militaire sur l'éroport d'Ivato) avec 300 hommes, et a pris en otage un cadre militaire de la base. Des échanges de tirs ont eu lieu, et il n'est pas clair s'il y a eu un mort, un blessé ou un mort et un blessé parmi les militaires "réguliers". Le président Ravalomanana, revenant de Bruxelles par un vol régulier, a atterri à Mahajanga, puis l'avion a rallié Antananarivo avec le reste des passagers.
Le général "Fidy" veut instaurer un directoire militaire. Et un gouvernement de transition qui aura pour tâche de s’atteler à la réconciliation nationale. Il préconise également la révision du code électoral et de la Constitution, ainsi que la "substitution" du Parlement par une Assemblée constituante. Dans cette optique, il a lancé un appel à ses frères d’armes pour l’épauler.
Son appel de ralliement des forces armées n'a visiblement pas eu beaucoup d'échos au sein de l'armée.

Le chef d'état-major de l'armée malgache, le général Raonenantsoamampianina a annoncé à Reuters samedi après-midi que la situation était revenue à la normale et que les mutins s'étaient enfuis. Le general Fidy lui affirme toujours tenir la BANI.

Je n'en sais pas plus. Il est toujours difficile de réagir à chaud. On peut toutefois se poser la question des motivations d'un général sans pouvoirs et sans troupes, ni même sans légitimité ou de prestige particulier au sein de la population et même de l'armée.  Homme blessé dans son orgueil, certainement, lui qui avant les évènements de 2001, était un militaire "de bureau", et qui a eu son heure de gloire en 2001 en menant les forces militaires pro Ravalomanana à Fianarantsoa.  Ses ambitions politiques ont eu raison de lui, éjecté de ses fonctions au sein de l'armée, puis éjecté de la direction de l'OMNIS, lui qui a été l'un des artisans de la victoire de Ravalomanana s'est senti désavoué par le pouvoir en place. Le rejet de sa candidature à la présidence a été le coup de grâce. Sera t-il traduit devant un tribunal militaire? Rien n'est moins sûr: Il y a eu visiblement des tractations cet après midi a Ivato, et alors que les forces régulières étaient en mesure de l'embarquer, il n'en a rien été. Cet homme, qui a été aux cotés de Ravalomanana durant la période la plus agitée a probablement dans sa manche quelques arguments de poids qui le protègeront efficacement de tout procès retentissant.

Publié dans Politique

Commenter cet article