Et pendant ce temps à Nosy Be

Publié le par Madagascan

Si je n'ai pas été très actif durant cette période de fêtes de fin d'année, cela ne m'a pas empêché de continuer à lire la presse malgache.

Ce billet abordera en fait 3 informations différentes, qui reflètent la situation de Nosy Be actuellement.

Première information, développée par Madagascar Tribune le 21 décembre 2006 (oui, je tarde un peu!): Le complexe hotelier Andilana Beach change de mains! Pour information, c'est le complexe hôtelier le plus grand de Madagascar, avec plus de 250 chambres, et des infrastructures de premier niveau dans un lieu paradisiaque. Pour être tout à fait exact, la concession reste entre les mains de la SMTH (Société Malgache de Tourisme et d'Hotellerie), société détenue  en majorité par les frères Andrea et Livio Aiolfi.  Par contre, la commercialisation du site ne sera plus entre les mains du groupe Italien Ventaglio S.p.A, suite à un jugement du tribunal d'Antananarivo en appel pour "non respect des engagements prévus". On ne sait pas plus sur ces engagement non tenus.
Il est à noter que le complexe Andilana Beach a été un moteur essentiel du développement des infrastructures de l'île ces deux dernières années, avec comme réalisations principales, la réfection de la route menant de Fascene à Andilana (gain de temps et de sécurité très très appréciable), ainsi que la modernisation et la sécurisation de l'aéroport de Nosy Be-Fascene: Allongement et renforcement de la piste, renforcement des équipements de sécurité et d'approche qui permettent les mouvements de gros porteurs type B767, ainsi que les mouvements de nuit, mise en oeuvre d'un portail de sécurité et d'un scanner à bagages... Toutes ces réalisation ont été co-financées par SMTH.
On peut donc désormais se poser la question de la pérennité du site, bien que SMTH annonce avoir approché le groupe (toujours italien) Alpitour. Un rapide passage par le site du groupe Ventaglio fait toujours apparaître Andilana dans leur catalogue...

Deuxième information: Antsiranana se verra doté d'un nouveau groupe électrogène de 7,5MW fonctionnait au mazout prochainement. Si les habitants de la capitale on déjà plus ou moins oublié les affres du délestage, le Nord les subit toujours aussi durement. Ces dernières semaines, seul 1 groupe sur les 3 en place était encore en état de marche à Antsiranana... L'article ne parle pas de Nosy Be, mais sur place, la situation est encore plus pénible. Globalement, les coupures alternent entre Hell Ville et Ambatoloaka. Si Hell Ville est alimentée, Ambatoloaka est dans le noir. Des tournantes d'une demi journée sont programmées par la JIRAMA. Si bien que soit on a de l'électricité la journée jusqu'à 17h, soit on a de l'électricité la nuit. Evidemment, la facture de 300.000 FMG par mois continue d'être payée sous peine de se voir retirer le compteur, qui fera le bonheur d'un propriétaire d'une des nombreuses nouvelles villas construites sur les terrains de la SIRAMA.
Ces coupure longues (12h de coupure par jour!) entraînent de nombreuses catastrophes:
- économiques car les structures touristiques et les particuliers fortunés pallient à la situation en faisant tourner leurs groupes électrogènes, gourmands en essence
- environnementale car les groupes électrogènes polluent
- sanitaires car les foyers ne peuvent plus utiliser les réfrigérateurs, tous les achats de périssables se font au jour le jour, et les cas d'intoxication alimentaire se multiplient.
- sociales car j'ai eu écho d'une famille morte dans l'incendie de leur case, incendie qui a pris son origine dans l'éclairage à la bougie. Cette famille possédait un compteur électrique, mais s'éclairait à la bougie à cause des coupures.
La JIRAMA est responsable de toutes ces conséquences tout à fait funestes. C'est un scandale absolu de laisser perdurer une telle situation.

Troisième informations, Orange annonce le développement de son backbone déjà opérationnel entre Antsiranana et Nosy Be, et prochainement entre Antsiranana et Antananarivo. Enfin une bonne nouvelle pour la sécurisation des communications téléphoniques et de données. Ceux qui ont essayé de joindre ces deux villes par téléphone ces derniers jours savent de quoi je parle... Réseau complètement saturé, correspondants injoignables, et lorsqu'enfin on arrive à les joindre, la communication coupe inopinément. On apprend également que coté backbone international, c'est le projet Eassy qui est définitivement retenu. Mauvaise nouvelles pour les pressés, tant le consortium du projet Eassy peine à financer le projet et démarrer réellement.  Ca ne sera pas en 2007 que je pourrai faire du homeworking depuis la baie de Diego pour mon entreprise en France...

Allez, bonne année 2007 tout de même!

Andilana Beach: http://www.madagascar-tribune.com/index.php?JOURNAL=1089&ART=21260
Délestage: http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=3850
Backbone Orange: http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=4095

Publié dans Economie

Commenter cet article