légende urbaine

Publié le par Madagascan

Un article du journal les Nouvelles a attiré mon attention ce week-end.
Oh non, je ne parlerai pas de la révision de la Constitution ou du nouveau code de la route, mais d'un papier parlant des escroqueries sur Internet.
L'article est assez court, je me permets donc exceptionnellement de le reproduire dans son intégralité.

Les chercheurs d’amour, proies prisées des escrocs d’Internet

Rija Rasolo est commercial dans une entreprise de la capitale. Comme beaucoup de jeunes, il adore surfer et surtout chatter sur les sites de rencontres lorsqu’il n’a rien à faire. C’est ainsi qu’un après-midi, il a chatté avec Domoinafotsy, une prétendue jeune fille tananarivienne. Cependant, après une semaine d’échanges de mails, Domoinafotsy change brusquement d’identité : elle devient une princesse arabe dont le père, récemment décédé, a laissé un héritage de 10 millions de dollars. Pour une raison de sécurité, la princesse lui demande de transférer l’argent sur son compte bancaire.

Emballé par la chance incroyable qu’il a, Rija Rasolo accepte la proposition et lui envoie son compte bancaire. Mais au lieu de voir des dollars y affluer, il doit aujourd’hui des millions à diverses sociétés commerciales. La princesse arabe a piraté son compte, l’a mis à découvert au bout d’un mois et l’a utilisé pour de nombreuses transactions.


Domoina Ratovozanany

Tout d'abord le titre "chercheurs d'amour, proies prisées des escrocs d'Internet". En lisant cette accroche, j'imaginait déjà une ènième redite sur les sites de rencontre qui demandent des frais de dossier. Mais non, innovation, au détour d'un chat, une jeune fille prend une autre identité et propose de l'argent à un jeune cadre commercial en mal d'amour?? Etrange.

La suite est un classique, c'est le fameux email de la fille de ou du fils de, dont le père décédé était soit un dictateur, soit un banquier, soit un riche entrepreneur, et dont le compte en banque est fortement garni de dollars qui, O grand malheur, ne peuvent être retirés par sa progéniture, mais peuvent tout à fait être transférés sur le compte d'un illustre inconnu.

L'escroquerie est très connue, on la nomme "Nigerian 419 scam". En effet, ce sont ces si inventifs nigérians qui ont initié ce type d'arnaque sur internet des les années 2000. Depuis, ils ont fait des émules partout en Afrique, en Asie et en Europe de l'Est.

Le principe est très simple, une grosse somme d'argent dort sur un compte, vous pouvez le réclamer, mais en général, au dernier moment, on vous demande des frais de gestion. L'escroquerie se limite donc, dans 99% des cas, à extorquer quelques centaines d'euros (voire quelques milliers) en soit disant frais de gestion.

Or l'article nous indique que le jeune homme a donné ses références bancaires, et que son compte a été "piraté" et qu'il doit des millions à diverses sociétés à travers le monde.
Réfléchissons quelques secondes. Si je donne mes coordonnées bancaires, avec mon nom et mon prénom, que peut faire un escroc?
Pas grand chose en fait, les banques demandent systématiquement une preuve d'identité.

Il y a un "mythe" autour de la fraude "nigériane", qui est que le but est de vider votre compte bancaire à votre insu. La réalité est que la fraude relève plus du "social engineering", c'est à dire vous amener par création d'un lien de confiance, à envoyer de l'argent de votre propre gré (dans l'espoir d'en toucher beaucoup plus en retour). Le Nigerian scam est donc du "social engineering" basé sur l'escroquerie à l'avance de fonds.

Cependant, une deuxième escroquerie existe, que je ne connaissait pas avant de faire quelques recherches. C'est l'escroquerie au chèque frauduleux. L'excellent site hoaxbuster explique bien la manoeuvre ici. Le principe repose sur un principe bancaire qui est de créditer immédiatement votre compte d'une avance du montant du chèque, avance régularisée dans les jours qui suivent sans que vous vous en aperceviez. Sauf quand le chèque encaissé s'avère faux... La banque retire alors le montant crédité "par erreur", et si entre temps, vous avez envoyé par Western Union le montant du chèque à votre correspondant, il ne vous reste plus que vos yeux pour pleurer...

Dans l'article qui nous concerne, notre journaliste Domoina Rakotovozanany n'a fait que véhiculer une "légende urbaine" de l'escroc nigérian qui vide votre compte bancaire à votre insu. Et hop, encore un peu plus de confusion dans les esprits à Madagascar sur les dangers d'Internet...



http://www.les-nouvelles.com/default.php?file=article&mode=detail2&id=26698

Publié dans Société

Commenter cet article