Lahmeyer, le gérant de la JIRAMA black-listé par la BERD et la Banque Mondiale

Publié le par Madagascan

A l'heure où le contrat de gestion de la JIRAMA, concédé à Lahmeyer, arrive à expiration, nous apprenons que cette dernière fait l'objet de mise sur liste noire de la part de la Banque Mondiale et de la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement. A noter toutefois, qu'à l'époque de l'octroi de la gérance à Lahmeyer, cette société avait déjà des problèmes avec d'autres contrats de gestion en Afrique, avec des accusations de corruption dès 2003.

C'est dans ce contexte tendu que de plus en plus de voix constatent que les résultats visibles du contrat de gestion de la Jirama par Lahmeyer sont assez catastrophiques!!
Les coupures dans le Nord durent une éternité. A Diego-Suarez, ce sont des coupures de 4, 5 ou 6 heures. A Nosy Be, autant Hell-Ville est à peu prés épargnée, la Jirama a décidé qu'à Ambatoloaka/Madirokely, il n'y avait que des hotels et des restaurants avec des groupes électrogènes, et que donc ils pouvaient couper le courant 12 h d'affilée, alternativement de 6h à 18h ou de 18h à 6h.
Le résultat? Il y a un mois environ, une femme est morte dans l'incendie de sa case à Ambatoloaka, incendie qui a démarré à cause des bougies allumées, faute d'électricité.
Et bien sûr, des problèmes d'hygiène alimentaire (les frigos et congélateurs sont inutiles), des problèmes de pollution (pollution sonore et de l'air des groupes) viennent s'accumuler.

Résultats visibles catastrophiques donc.
Cependant, en matière d'assainissement des pratiques en interne, on ne saurai pas dire. Il est possible que les difficultés actuelles proviennent en fait de l'assainissement des pratiques de gestion, qui rigidifient l'entreprise et redéfinissent les priorités internes. Si ca se trouve donc, Lahmeyer est en train de faire le "sale boulot" d'assainissement, dont les effets immédiats sont ceux que l'on connait, mais qui devraient donner des résultats positifs dans le futur.
Mais en l'absence de communication claire, ce ne sont que des hypothèses. L'autre possibité, c'est que Lahmeyer a tellement mal géré l'affaire qu'ils ont effectivement détérioré la situation!

C'est dans ce contexte que le renouvellement du contrat de gestion de la JIRAMA interviendra ces prochains mois. Nous verrons alors dans quelle mesure le gouvernement le Président choisira une entreprise allemande ou nord-américaine, ou s'il accordera sa confiance aux poids-lourds du marché tels que Ondeo/Suez ou Veolia/Vivendi.

Publié dans Economie

Commenter cet article

Madagascan 22/03/2007 07:49

Le déclic, ca serait que quelques uns comprennent que la Jirama ne peut pas continuer d'être leur vache à lait.Exemple frappant de l'attitude criminelle de certains: Freiner pour le remplacement des génératrices diesel par des génératrices au fuel lourd, plus économiques.Pourquoi refusent-ils?? Parce que les détournements massifs de carburant sont institutionnalisés, et que cela serait un grande perte pour certains de devoir être livrés de fuel lourd, invendable sur le marché noir. Effectivement, les branchements illicites sont un autre problème. Tout comme le chantage au compteur électrique ou compteur d'eau (je connais quelqu'un qui a du payer 5 millions FMG pour obtenir un compteur électrique, qui a certainement été récupéré à un pauvre bougre en retard de 2 jours pour le paiement de sa facture...).C'est un challenge pour l'Etat: Ils n'obtiendront pas de financements massifs des bailleurs de fonds tant que cela sera la gabegie généralisée au niveau de la Jirama, et pourtant la situation est tellement critique qu'il faudra bien qu'ils fassent preuve de bonne volonté pour obtenir les financements pour acheter de nouveaux équipements.

kisifi 21/03/2007 15:48

Récement Lahmeyer a subi une fronde d'un groupement de groupements d'entreprises, qui prétendaient refuser de payer les surtaxes pour surpuissance consommé. Ces entreprises se sont pour la plupart ensuite lachement défilé et ont payé en douce, tout en affichant une position publique inverse. Belle hypocrisie mais vu la rugosité du gérant de la  Jirama on comprend que peu d'entrepreneurs se soient amusés à le défier. Dans la mesure où le contrat de Lahmeyer cesse à la fin du mois d'Avril on peut toutefois interprêter ce pseudo-refus de payer comme une manière de commencer à poser les termes du débat pour la négociation avec l'administration suivante.  Le fond du problème est que Madagascar vit un poil au dessus de ses moyens electriques et que Lahmeyer a, entres autres, essayé de promouvoir la réduction de la consommation des entreprises. C'est une absurdité économique comme seul un controleur de gestion peut en pondre, mais passons. Les entreprises ont bruyament fait remarquer qu'il fallait aussi lutter contre les branchements particuliers illicites (innombrables) et surtout trouver une manière d'empêcher les agents Jirama de faire eux-mêmes ces branchements. (ca c'est du tacle vicieux!)Au final? La Jirama est un foutoir immonde, notoirement grâce à l'energique action de pompage de pognon des gouvernements précédents. Ca ne pouvait pas se régler en deux ans. La dette est abyssale, le réseau obsolète, les équipements en attente de maintenance depuis des lustres, le personnel est réputé pour sa corruption.... la banque mondiale et la communauté européenne se sont entendus pour financer une remise à niveau de l'infrastructure, mais il n'y aura pas de miracle à court terme. Je me demande bien qui acceptera de reprendre ce merdier et à quelles conditions. Quoiqu'on pense de Lahmeyer ils ont le mérite d'avoir accepté le défi, à des conditions financières peu avantageuses pour eux . Et je ne sais pas qui d'autre aurait réussi à convaincre le gouvernement qu'il était indispensable d'augmenter les tarifs  pendant la période pré-électorale.